Publié dans art textile, broderie, découpages, sculpture

Jacques Saint-Martin

Jacques Saint-Martin, après une longue et riche carrière comme enseignant à l’Ecole des Beaux Arts de Tourcoing, réinvente l’art de la broderie grâce à une savante synthèse entre un art traditionnel qu’il maîtrise à merveille  et le traitement informatique de la forme. Il a aussi le talent de décrire avec clarté sa démarche esthétique.

 «  Dans mes œuvres, je tente de créer une dynamique vibratoire, par des zones de calme, d’autres de turbulence. Au fil de la réalisation, j’invente, je revisite, j’imbrique des points de broderie par plans multiples avec pour unique préoccupation de répondre aux problèmes posés à chaque instant. En un mot, j’encourage en permanence un « Chaos organisé » […] Je fais souvent appel à une certaine forme d’illusion entre les graphismes et les fonds peints et brodés pour inciter le spectateur à venir voir de plus près, je suscite ainsi une proximité physique, une lecture plus active et plus volontaire de l’œuvre et par là même une complicité entre ceux qui regardent et moi.Je crée des répétitions dans les formats et les dimensions, pour mettre en évidence l’effet sériel mais aussi pour contraindre l’œuvre en délimitant clairement sa surface d’expression.Les vibrations recherchées par les motifs souvent récurrents incitent l’œil à voyager dans la broderie sans pouvoir se figer sur une vision globale pourtant existante en premier contact. Il me semble par cela que plusieurs visites sont nécessaires à celui qui regarde, pour lui permettre de mémoriser l’œuvre et se l’approprier. »

Depuis 1987, Jacques Saint-Martin  a exposé ses œuvres dans de nombreux musées et galeries en France, mais aussi au Canada, en Allemagne,  en URSS  et aux U.S.A. Il vit actuellement en Ariège.

Publié dans aquarelle, bois flotté, découpages

Candice Bourada, Rosy Moulin, William Moulin

moulin-bourada

 

Candice Bourada cisèle le papier et crée d’étonnants volumes sculptés à partir de surfaces planes. Elle s’exprime ainsi sur son travail : « Il y a quelques années j’ai découvert le découpage du papier en travaillant avec des enfants dans une petite école. Découper est depuis devenu un vrai besoin. Et mon rêve serait de « sculpter » en papier. »

Rosy Moulin déniche en période d’équinoxe, sur les plages baignées par la mer Méditerranée, les bois flottés auxquels elle procure une deuxième vie, en les rehaussant de galets, verres polis, et minéraux, mais aussi de métal.

William Moulin est de cette race de peintres de plein-air qui se plaît à découvrir au gré de ses promenades ou de ses humeurs, les paysages pittoresques qui font le charme du Midi. Diplômé National des Beaux-arts après des études catalanes, il fut à l’origine de la création de l’Ecole des Arts Plastiques du Grand Narbonne, établissement qu’il dirigea durant trente-sept ans.

***

Candice Bourada cuts paper to create amazing 3D sculptures from flat surfaces. She explains her work like this, “Several years ago, whilst working with young children in a small school, I discovered paper cutting (decoupage).  Since then I have felt a real need to continue this method and my dream is to “sculpt” in paper.

Rosy Moulin hunts out drift wood on the beaches of the Mediterranean after storms and high tides at the equinoxes.  She gives the wood a second life by enhancing it with stones, sea glass and other minerals and also with metals.

William Moulin is the kind of open air painter who is delighted to discover, during his walks, the picturesque landscapes which are the essential charm of the Midi.  He originally studied Catalan and then took a National Diploma in Fine Art.  He was one of the founders of the Ecole des Arts Plastiques in Narbonne, which he directed for 37 years.