Publié dans céramique, peinture

Jon Everitt et Christian Boutin

Jon Everitt habite à Céret et il expose ses peintures en France depuis 10 ans. Il a étudié le graphisme et l’illustration en Angleterre, où il est né. Il se décrit comme un « irréaliste » et ses peintures sont figuratives mais pas naturalistes, parfois stimulantes, drôles, sinistres et particulières.  Il travaille principalement en acrylique car cela lui donne la qualité et la profondeur de couleur pour donner à ses peintures du drame et de l’intensité.

Il écrit :  » Je fais des images qui encouragent le spectateur à voir les possibilités du monde qui l’entoure. Des anges à bicyclette, des plongeurs sous-marins, des squelettes, des marins et des grotesques sont quelques-uns des personnages des petites scènes statiques que mes images représentent. »

Richard Boutin vit sa découverte de la céramique comme un « déclic de la quarantaine ; l’appel de la terre devient une évidence ». Son atelier à Fontiers-Cabardès est un lieu d’explorations où il aime expérimenter, prendre des risques et jouer à l’apprenti sorcier.

« Cette année, la terre est une boule de vie, qui entre mes mains, prend forme. Je laisse mes mains se mouvoir jouant de pressions et de relâchements. Mes pièces naissent ainsi, d’un geste, d’une émotion. Elles ne sont ni parfaites ni régulières. Elles se révèlent à travers leurs cabosses, leurs écorchures et griffures […] Je fabrique les émaux, potion colorante, afin de donner couleur et luminosité à la pièce. L’éclaboussure est ma musique intérieure, impulsion du moment. Je tourne, tournasse mes créations, les anime en les émaillant.  »

Richard a déjà exposé au Coin d’Art en 2018 et c’est avec plaisir que nous découvrons ses nouvelles créations.

***

Jon Everitt lives in Céret and has been showing his paintings in France for 10 years.  He studied graphic art and illustration in England where he was born.  He describes himself as an “irrealist” and his paintings are figurative but not naturalist and by turns thought-provoking, funny sinister and peculiar. He works mainly in acrylic because that gives his work the quality and depth of colour that he requires to give his cavasses drama and intensity.

He writes “I make images that encourage the viewer to see the possibilities and impossibilities of the world around them.  Angels on bicycles, deep sea divers, skeletons, mariners and grotesques are some of the characters in the little static plays that my pictures represent.”

Richard Boutin is a ceramist who lives in Fontiers-Cabardès.  His studio is a place of constant experimentation where he delights in finding out the limits of the clay, layering, playing with different mixes of glazes – becoming the sorcerer’s apprentice!  It is always vital for him to experiment and to take risks.

His creations are thrown, enlivened with glazes and fired in a gas kiln: the action of the flames introduces uncertainty and a certain magic which he knows how to use creatively.  Bowls, cups, plates, vases, salad dishes and platters – they are artistic items which can also be used on a daily basis.  Richard showed in the Coin d’Art in 2018 and we welcome him back so we can discover his new work.

Publié dans aquarelle, peinture

Nicholas Poullis

Nicholas Poullis, né en 1974 en Grande-Bretagne, est bien connu en Languedoc où il a été le peintre officiel de l’office de tourisme de Val d’Hérault ( 2016 et 2017) et a tenu de nombreuses expositions avec succès.

Il a auparavant été lauréat du Prix Baker Tilly à la Société Royale D’Aquarelles (Baker Tilly Award), où il a souvent montré son travail. Il a exposé pour de nombreuses Sociétés londoniennes dont l’Institut Royal des Peintres en Aquarelles, la Société Royale des Artistes Britanniques, le concours d’Aquarelles du Sunday Times et la Société Royale des Artistes de Birmingham.

Les œuvres de Nicholas peuvent être vues entre autres dans les collections du Collège  St  Johns à l’Université de Cambridge, des Anciens Officiers de la Royal Air Force, de l’Automobile Club Royal, de l’Office de Tourisme de Pézenas et dans de nombreuses collections privées.

Nicholas Poullis écrit : « Peindre en extérieur est un choix qui m’oblige à réaliser chaque aquarelle d’une traite et avec une très grande précision. Il n’y a pas de place pour l’erreur. De plus, l’intensité et l’angle de la lumière ne cessent de changer et m’obligent à travailler rapidement en gardant toujours à l’esprit le rendu final que je souhaite obtenir. Bien que mes aquarelles soient réalistes, je vais volontairement omettre certains détails afin de mettre en avant ce que j’ai choisi de montrer au spectateur. »

***

Nicholas Poullis, born in 1974 in UK but well known in the Languedoc where he has been the official painter for the tourist office of the Hérault Valley (2016 and 2017) and has held many very successful exhibitions.  In 2019 a wine called Le peintre de Pézenas was named after him.

He is a previous award winner at the Royal Watercolour Society in UK, where he has often shown his work. He has exhibited in a number of London Societies including the Royal Institute of Painters in Watercolours, the Royal Society of British Artists, the Sunday Times Watercolour competition and the Royal Birmingham Society of Artists.

Nicholas writes: “Painting outside is a choice which forces me to complete each watercolour in one go and with great precision.  There’s no room for mistakes.  The intensity and the angle of the light never stop changing and mean I have to work quickly, always keeping in mind the final effect that I’m aiming for.”

Publié dans photographie, sculpture

Bernadette Couret-Gonzalez et Didier Lorentz

Bernadette Couret-Gonzalez, infirmière en psychiatrie, a commencé à étudier le dessin et la peinture il y a plus de 25 ans dans divers ateliers, et tout particulièrement le dessin d’après modèle vivant. Elle a animé la section « académie de nu » pendant 12 ans à la MJC de Carcassonne.
Le hasard et diverses rencontres l’ont amenée à travailler l’argile, d’après modèle vivant à l’atelier Médiane à Perpignan. Sa curiosité l’a conduite à explorer d’autres techniques telles que le raku ou le pit-fire  à l’atelier du Mouton d’argile à Molandiers.
Bernadette a déjà exposé au Coin d’Art en 2013 et en 2017 et c’est avec plaisir que nous découvrons ses nouvelles créations.


Didier Lorentz est passionné de photographie depuis l’adolescence, il commence à s’exprimer au sein du club photo de son lycée au temps de la photo argentique et des tirages en chambre noire.
Il gagne son premier prix lors d’un concours à 20 ans. Il profite du service militaire pour s’engager deux ans en tant que photographe et acquérir une solide maîtrise technique de la photographie.
Il a résidé dans le Minervois pendant 6 ans, à La Redorte, petit village au bord du Canal du Midi. Il a choisi ce village pour la proximité de l’œuvre de Pierre-Paul Riquet. Le canal est pour lui une source d’inspiration comme en témoignent les deux livres qu’il lui a consacrés.
Il a l’œil curieux du photographe authentique, toujours à l’affut du détail et nous sommes heureux de vous faire découvrir son travail .

Journée portes ouvertes le samedi 3 juillet de 10h à 17h en guise de vernissage dans le respect des consignes sanitaires.

Publié dans agenda

Agenda 2021

Réouverture ou pas de la galerie en juillet ?

That is the question.

Depuis le 19 mai 2021, le déconfinement s’organise et nous avons bon espoir de pouvoir réouvrir la galerie. La jauge actuelle de 8 m2 reste rédhibitoire pour la bonne tenue d’une exposition dans un lieu comme la galerie du Coin d’Art. De plus notre Présidente Tricia est toujours enfermée dehors, prisonnière de l’Albion Perfide. L’exposition prévue du 29 mai au 29 juin n’aura donc pas lieu.

A partir du 30 juin est annoncée la levée des restrictions concernant les établissements recevant du public  dans le respect  des mesures barrières et de distanciations. Nous y travaillons et vous tiendrons informés très prochainement.

Rien n’est sûr, mais tout devient possible  !