Publié dans céramique, estampes, peinture

Nelly Bonnefis et Otto Lindner

otto-nelly

Nelly Bonnefis, artiste peintre toulousaine, a profité d’une sensibilité artistique pour s’autoriser un parcours artistique et aller vers une véritable création personnelle.

La peinture ou la création d’estampes qui était au départ pour elle un événement inattendu  est devenue une nécessité intérieure. En lui permettant de refonder une réalité, son travail de recherche et de création la confronte à une autre temporalité, intime notamment.

Elle pratique le monotype, ce procédé d’impression qui consiste à peindre à l’encre ou à la peinture à l’huile sur un support non poreux comme du verre, du métal ou du plexiglas puis à faire un tirage unique d’une épreuve papier après un pressage manuel ou mécanique.

La gravure à la pointe sèche donne à ses estampes une finesse de traits et un aspect velouté.

 

Otto Lindner, céramiste installé à Soulatge au cœur du pays cathare, aime la bande dessinée, pratique la calligraphie et  affectionne le croquis de nu.

Sa céramique, un peu à la manière de la BD, s’apparente à un art séquentiel où les images s’enchaînent, racontent une histoire.

Il s’exprime ainsi sur son art : « La composition de mes images ne suit pas forcement une logique et je laisse ainsi une large place à l’imagination du spectateur. Mes volumes sont des assemblages de plaques de terre rouge chamottée que j’enduis avec une engobe (terre liquide) noire et une engobe blanche. Le décor se fait par scraffito et au pinceau. Après une première cuisson à 950 °C  la pièce est  vernie et cuite à 1040 °C. Cette technique s’appelle « terre vernissée ».

Publié dans peinture, Photogaphie

Mary-Lou Boardman et Jacques Viville

Mary-Louise Boardman, d’origine anglaise, est installée dans le Minervois depuis seize ans. Elle a le goût du dessin et de la peinture depuis l’enfance et  après vingt cinq ans de carrière dans l’enseignement, elle reprend ses études des beaux arts. Elle est très sensible à la lumière et aux couleurs du Midi, aux bâtiments anciens et aux vieilles pierres. Ses expositions ont du succès. Sa peinture est résolument figurative et elle affectionne particulièrement l’aquarelle sur papier.

L’exposition au Coin d’Art présente des œuvres croquées « en vitesse » pour livrer ses impressions au cours d’un émouvant voyage effectué en Inde l’année dernière.

 Jacques Viville  se passionne pour la photographie depuis 2010. Il s’intéresse plus particulièrement à la macrophotographie (insectes, fleurs, pierres, bois…), mais ne laisse passer aucune occasion de réaliser un beau cliché.

 Il se définit ainsi : «  Je suis un photographe amateur… Mon but en vous montrant ces quelques photos est de vous faire découvrir la photo et de vous montrer que même les non-professionnels peuvent faire de belles choses ».

 Jacques, compagnon de Mary-Lou,  relate le même voyage en Inde sous l’œil du photographe.