Publié dans expo collective

La dernière de l’année !

celebration

Jane Appleton, Mary-Louise Boardman, Candice Bourada, Carol Buchanan, Rémi Catalo, Beate Davies, Gabrielle Guerrero, Nikki Hill, Christophe Kawalko, Fabienne Laheurte, Christine Landais, Jean-Pierre Montaro, Rosy Moulin, Willam Moulin, Salvadore Murdocca, Patrick Perrot, Maggy Reynolds, Giles Rushton, Siobhan Sheehy, Carol Shelvey, Damien Sherlock, Brenda Sutton, Pascal Tribillon ont participé à l’expo de fin d’année qui clôture la saison 2016. Le thème de l’expo était « Célébration ».

Un grand merci aux 23 talentueux artistes !

Publié dans arts plastiques, marionnette, peinture

Beate B et Tania Fuenzalida

tania-beate

Beate Bakermans, d’origine néerlandaise, se fait connaître en 1980 sous le nom de Beate B. et crée une fondation éponyme qui a pour but de stimuler les arts. Elle expose ses peintures et sculptures en Europe.

En 1984, elle obtient son diplôme d’art-thérapeute  et trente ans plus tard, elle devient phytothérapeute. En 2008, elle commence son « projet Barbie » synthèse de sa démarche artistique et de son intérêt pour la santé et les plantes. Elle se définit aujourd’hui comme une « herbalartiste ».

L’exposition au Coin d’Art s’intitule Barbie et les sept Pléiades ; elle présente sept poupées Barbie  décorées de perles accompagnant sept textes écrits par Beate. Elles symbolisent le féminin, la beauté et l’ouverture.

Tania Fuenzalida, née à Santiago du Chili, s’est réfugiée en France avec sa famille après le coup d’état de 1973. Elle étudie la photographie lors d’une tentative de retour au Chili en 1984.  A sa majorité, elle revient en France où elle fait des études universitaires de photographie, de cinéma puis d’arts plastiques.

Souffrant de l’exil, elle finit par s’installer dans le Languedoc où elle se voue à la peinture  qu’elle considère comme un « guide discret » qui lui permet de renouer avec ses origines amérindiennes et de se trouver elle-même en faisant confiance à son élan créatif.

Par de minutieux tracés, des pointillés, des lignes, elle explore la symbolique de la création  au féminin, et tisse des liens avec  l’art précolombien des Amériques, l’art aborigène d’Australie et l’Afrique.